Témoignage : Justine raconte son année à Vienne en Autriche


Je m’appelle Justine et je suis en première au Lycée Français de Vienne. Je vais vous raconter mon année scolaire dans la capitale Autrichienne.
Tout a commencé par une demande de bourse de mobilité pour aller étudier 10 mois à l’étranger. J’ai choisi Vienne en Autriche. A ma plus grande joie, j’ai eu la chance d’être retenue pour faire mon année de 1ère à Vienne.
Je suis partie de France le 3 septembre, la rentrée étant le 4 septembre. Je n’étais pas stressée, j’avais hâte d’arriver et de découvrir mon nouveau lieu de vie.
J’habite dans le nord-est de la France, à 130 km de Nancy. Je suis donc à une dizaine d’heures de route en voiture de Vienne. On a donc décidé d’y aller en voiture pour pouvoir ramener plus d’affaires.
Le voyage a durée la journée, mais cela ne m’a pas paru trop long, de la musique, des échanges avec mon père et nous étions arrivés.
Nous sommes arrivés vers 17h00. Nous avons été directement à notre hôtel qui se trouve en face de l’internat. Une fois la voiture déchargée, nous sommes allés nous promener dans la ville, allés voir où se trouvait le lycée.
Le lendemain, c’était le grand jour ! Je me suis levée assez tôt pour ne pas être en retard, l’hôtel est à 7 km du lycée, mais comme dans toute les capitales, il y a beaucoup de bouchons. Au bout d’une vingtaine de minutes, nous sommes arrivés au lycée.
Les deux premières heures étaient avec le professeur principal qui nous a expliqué le déroulement de cette année scolaire.
Dans ma classe, nous étions trois nouvelles, mais j’étais la seule qui était à l’internat.
Lorsque je suis rentrée le vendredi soir après les cours, j’étais assez mitigée, car je ne connaissais personne et j’étais dans un environnement que je ne connaissais pas.
Le samedi, j’ai encore visité la ville, j’ai pris le métro le plus de fois possible pour pouvoir m’habituer, je suis même allée jusqu’à l’aéroport pour connaître le chemin.
Le dimanche, nous avions rendez-vous à l’internat à 13 h 00 pour l’attribution des chambres. Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de monde !
Les internes du Lycée Français de Vienne vont dans un internat autrichien qui accueille plusieurs élèves de nationalité différentes, car il y un lycée autrichien d’excellence sur le site où se trouve l’internat.
L’internat est immense, j’avais l’impression que c’était un labyrinthe (il faut une bonne semaine pour se repérer). Nous avons eu plusieurs réunions pour nous expliquer le fonctionnement de l’internat. Le directeur de l’internat parlait en anglais et en allemand.
A 18 h00, nous sommes tous allés manger avec les parents dans le self de l’internat, à 20h00, nous sommes allés dans nos chambres.
Et là, j’ai fait la connaissance de ma camarade de chambre. Une française qui comme moi a eu une bourse de mobilité.
A l’internat, nous sommes 20 français dont 7 qui ont eu une bourse de mobilité. On s’est vite très bien entendu, car nous étions dans la même situation.
Les français qui étaient là depuis plusieurs années, nous ont tous expliqué.
Et le lundi matin, après un petit déjeuner à l’internat, j’ai pris le métro et le tramway direction le Lycée.
En classe, je me suis tout de suite liée d’amitié avec une française, qui comme moi était là pour faire son année de 1ère en Autriche, mais qui n’est pas à l’internat.
Ce fut assez compliqué de connaître les personnes de ma classe, car nous changeons beaucoup de fois de groupes à cause des spécialités. En plus avec les masques on ne peut pas vraiment voir le visage des gens !
La majorité des élèves de ma classe sont autrichiens et un peu d’autres nationalités. Au début, c’était assez difficile car ils parlent autrichien entre eux. Mais, avec le temps, cela devient plus simple, on s’habitue à eux, et eux à nous. Et maintenant, on arrive à communiquer. Les autrichiens parlent vraiment très bien le français !
Le jour où j’ai reçu ma première note, j’ai eu peur ! Au lycée français, les professeurs sont beaucoup plus exigeants qu’en France et les élèves de ce lycée ont l’habitude de beaucoup travailler depuis qu’ils sont petits. Le lycée français accueille des élèves de la maternelle à la terminale.
Mais, une fois que l’on a trouvé le rythme, tout se passe bien. Ouf !
Le week-end, on peut sortir de l’internat. On en profite pour visiter la ville. Vienne est une ville où, il est très facile de circuler, il y a des métros toutes les 5 minutes, des trams, des bus, c’est très bien indiqué et niveau sécurité, il n’y a rien à craindre !
Sept semaines après mon arrivée, il était temps de retourner en France pour les vacances de la Toussaint. Déjà, que le temps passe vite !!
Dans ma valise, j’ai pris le strict minimum, mes affaires de toilettes, quelques habits, et mes cours pour pouvoir faire mes devoirs. Je me suis dit, qu’il n’était pas nécessaire de prendre autre chose, j’allais retourner à Vienne dans deux semaines !
Malheureusement, le CORONAVIRUS a bousculé mes plans !!!!
Vers la fin de la première semaine dès vacances, nous avons appris que l’internat n’ouvrirait pas pour les lycéens à cause du coronavirus et qu’un confinement allait être mis en place en Autriche.
L’horreur !!! On s’est tous demandé ce que nous allions faire, on avait les billets d’avion du retour, le RDV pour faire le test PCR pour le retour … Notre planning explosait.
Mais tous ça, ce n’était rien à coté des messages que nous avons eu de la part de notre groupe whatsApp, le lundi à 20h30. Les autrichiens et les français de l’internat qui étaient restés à Vienne, nous ont appris la terrible nouvelle, et bien avant la télévision française, qu’il y avait eu plusieurs attentats.
Ce fut une soirée très angoissante, car les amis qui nous avaient envoyé les messages étaient calfeutrés dans les restaurants.

Heureusement, aucun élève ne fut blessé.
Quelques jours plus tard, les écoles, collèges et lycées fermaient. Les cours se feraient en distanciel.
Le confinement doit durer jusqu’au 30 novembre, en espérant qu’il ne soit pas prolongé.
Au bout du compte, j’ai pu retourner à Vienne, le 6 décembre. Le lycée et l’internat étaient ouverts seulement pour les élèves ayant un examen en fin d’année. Les spécialités étaient en présentiel et le reste en distanciel.
Je suis retournée en France, le 21 décembre pour les vacances de Noël. La rentrée est prévue le 7 janvier 2021.